Oui, les contrats aidés sont utiles, y compris pour les métiers d’aide à domicile !

Oui, les contrats aidés sont utiles, y compris pour les métiers d’aide à domicile !

0

Ils ont fait la une des actualités ces derniers temps : mais très vite, tous les reportages ont porté sur les mairies ou sur les maisons de retraite (EHPAD).

A nouveau, les associations d’aide à domicile ont été oubliées.

Les contrats aidés permettent de former dans les métiers d’aide à domicile.

Depuis 2015, Domicile 90 a recruté 44 personnes en contrat aidé. Parmi elles, 21 personnes sont toujours en contrat, et 7 sont déjà en CDI !

Ce dispositif des contrats aidés permet de recruter des personnes souvent éloignées de l’emploi, de les accompagner, de les former. Ainsi, les personnes gagnent progressivement en autonomie, puis se voient confier un travail à part entière.

Les métiers du domicile, les grands oubliés

Une fois encore, les métiers de services aux personnes, à domicile, ont été oubliés.

En apprenant la suppression des contrats aidés, nos confrères des EHPAD ont grondé et semblent avoir  été entendus. Tant mieux pour eux !

Monsieur PIOTTE, président de Domicile 90 gronde lui aussi, mais il est étonnamment bien plus difficile de nous faire entendre. Pourquoi ? Comment expliquer cette différence de traitement ? S’expliquerait-elle par le fait que les établissements d’hébergement pour personnes dépendantes fonctionnent grâce à des financements de l’Etat ? Tandis que les structures d’aide à domicile sont conventionnées avec les Départements ?

Des rencontres avec les élus locaux et représentants de l’État pour leur faire mieux connaitre notre rôle

Monsieur PIOTTE, président de Domicile 90, et Monsieur WEBER, directeur général, rencontrent actuellement plusieurs élus et des représentants de l’Etat :

  • Monsieur BOUCARD, député, s’est montré attentif à nos métiers et a saisi, suite à notre rencontre, la Ministre du Travail sur les spécificités de notre secteur d’activité ; et demandé à ce que nous puissions continuer à bénéficier du dispositif.
  • Monsieur ZUMKELLER, député, nous a écouté avec attention et a adressé une demande à la Ministre du Travail.
  • Monsieur le Préfet s’est montré attentif. Depuis, une nouvelle Préfète, Madame ELIZEON, a pris ses fonctions : un rendez-vous lui est d’ores et déjà demandé.
  • D’autres rendez-vous sont prévus, notamment avec Monsieur SOMMER et Monsieur BARBIER, députés, tous deux membres de la majorité présidentielle En Marche.

Le combat continue !

Pour qu’il n’y ait pas d’accompagnement des personnes fragiles à deux vitesses !

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *